La Société des Nations

A l’issue de la Première Guerre mondiale, le lourd bilan humain et les destructions matérielles alimentent le pacifisme et l’espoir que la paix sera juste et définitive. Alors que les traités de paix redessinent les frontières d’une nouvelle Europe, le pacte de la Société des Nations prévoit la création d’une Société des Nations (SDN) capable de garantir la coopération entre les nations, le désarmement et le respect du droit international.

Cette organisation internationale est donc fondée à Genève en 1920 par 32 Etats. La SDN est notamment chargée d’administrer des territoires sous mandat ou objets de rivalités régionales (la Sarre et Dantzig). Elle s’occupe également des populations contraintes de quitter leur pays d’origine, qui obtiennent le statut de « réfugié » et sont placés sous la protection de l’ « Office international Nansen ».

Dans les années 20, la SDN remporte des succès : le règlement pacifique des tensions internationales entre la Suède et la Finlande ou entre la Grèce et la Bulgarie, ainsi que la signature en octobre 1925 des accords de Locarno entre la France et l’Allemagne en témoignent. L’organisation concourt ainsi à promouvoir l’ « esprit de Genève »  visant à empêcher tout conflit armé, grâce à l’adoption de textes juridiques.

Ainsi, en août 1928, elle relaie le pacte Briand-Kellog, signé par 63 pays s’engageant à renoncer à la guerre comme moyen de régler les conflits.

Privée de la participation de l’URSS et des Etats-Unis, depuis que le Sénat a refusé la ratification du traité de Versailles en novembre 1920, l’organisation manque toutefois de moyens efficaces pour faire appliquer ses résolutions. Les crises internationales des années 30 révèlent ses fragilités. Après le départ du Japon et de l’Allemagne (qui avait rejoint la SDN sept ans auparavant), la Société des Nations demeure impuissante à freiner les visées expansionnistes du Japon, de l’Italie et de l’Allemagne nazie et à éviter la faillite du système de défense collective.

Cet échec et le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale conduisent à son remplacement à la fin du conflit par l’Organisation des Nations Unies, organisation qui est conçue pour être plus efficace et plus démocratique.

CONTACT

Association Ami, Entends-tu?
domitiedelaroulliere@ami-entends-tu.org
Presse : pcpresse@live.fr

RETROUVEZ-NOUS SUR

facebook    twitter